Si près….

Si près….

1263
1

Si près !

Pour la première fois depuis plusieurs années, le Club des Supporters de Bastia à Paris brille par son absence au Moustoir. Ce n’est pas parce que la saison dernière, alors qu’il tombait des cordes, les stadiers nous refusaient de porter casquettes et bonnets pour nous protéger, mais tout simplement parce qu’une grande partie de notre groupe se trouve actuellement en Corse. Sans regret ! Nous laissons à la diaspora locale le soin de nous représenter dignement !

La vente d’Ayew par les Lorientais a indiscutablement mis du beurre dans les épinards. Si le Ghanéen est parti, deux attaquants ont été recrutés et sont alignés d’entrée par Ripoll. Waris et Moukandjo.

Pas de surprise au moment du coup d’envoi côté bastiais. Privé de Palmieri et de Diallo, avec un Squillaci pas à 100%, Ghislain Printant aligne un « 11 » logique. Devant Leca nous retrouvons Djiku pour sa deuxième titularisation consécutive, Peybernes et Modesto en défense centrale et Marange côté gauche. La paire Cahuzac-Fofana est reconduite aux postes de milieux défensifs avec Danic à la place de Diallo comme rampe de lancement épaulé par Maboulou. Devant le tandem Ayité-Kamano. Il est vrai que le coach dispose d’un effectif très –trop- juste à l’heure actuelle.

Il suffit de quatre petites minutes pour qu’Ayité faire parler la poudre ! Bien lancé de la tête par Danic, notre Togolais se joue des deux défenseurs centraux Lorientais, puis du gardien avant de redresser le ballon et de le loger d’une belle pichenette dans les buts malgré le retour de Gassama ! La rencontre ne pouvait pas mieux débuter pour nos Bleus (4ème Lorient 0 Bastia 1).

Cueillis à froids les Bretons tentent de réagir. S’ils ont la possession du ballon, ils n’en restent pas moins stériles puisque même le coup-franc tiré par Guerreiro à la 17ème ne trouve que le mur bastiais sur sa route.

Chaque contre-attaque bastiaise est un calvaire, normal !, pour les Bretons. Ayité, Kamano et Fofana affolent la défense, mais un pied, un contre ou un centre « pour personne » empêchent nos Bleus de doubler la mise.

Il faut attendre la 32ème pour assister au premier tir des Lorientais, cependant sans soucis pour Leca. Juste avant la mi-temps Moukandjo tente de tromper l’arbitre en s’écroulant dans la surface. Sans succès, et sans carton jaune pour simulation grossière…

Les deux minutes de temps additionnel ne change rien au résultat, et les deux formations regagnent les vestiaires pour la pause.

Ripoll, le coach local a du sermonner ses troupes car leur entame de match est d’un tout autre niveau que leurs quarante-cinq premières minutes.

Moukandjo meilleur footballeur qu’acteur se joue de Marange et adresse un centre en retrait pour Warris. La reprise de ce dernier est smashée par Leca qui dévie le ballon en corner (46ème).

Si ce corner est sans danger pour l’arrière garde bastiaise, sur le suivant obtenu tout juste trois minutes plus tard, Guerreiro tente une reprise brossée que Leca va chercher tout près de sa lucarne droite (49ème).

Encore trois minutes et Leca doit sortir de sa surface pour dégager, de la tête, un ballon chaud. Sur cette sortie il semble qu’il se soit fait mal à la cheville et demande l’aide des soigneurs. Pendant que Vincensini est parti s’échauffer, Djiku écope d’un carton jaune pour une faute sur Guerreiro, que nous qualifierons d’intelligente, alors que ce dernier avait le champ libre devant lui.

Nouvelle frayeur sur le banc bastiais lorsque Cahuzac se retrouve le visage en sang. Un bras trop écarté de Jeannot. Pas de carton… (57ème).

Leca ne peut plus tenir son poste et est remplacé à la 62ème. Baptême du feu pour Vincensini en L1 !

Ghislain Printant décide de muscler sa défense est fait entrer en jeu Squillaci à la place de Maboulou (64ème). Il est vrai que depuis la reprise les Lorientais sont nettement plus pressant, sans toutefois s’être créer de véritables occasions de but, si ce n’est sur l’action de la 46ème.

Vincensini regarde passer à côté de ses buts la première frappe lorientaise depuis son entrée en jeu (70ème). Pas de quoi s’inquiéter.

Moukandjo est bien près de réduire la marque mais sa reprise pied gauche ne trouve pas le cadre alors que Djiku avait été surpris sur ce centre (71ème).

Vincensini peut, enfin, se rassurer en captant une frappe de l’intenable Moukandjo (75ème).

Après Leca c’est Marange qui demande à sortir se plaignant de la cheville. Jebbour le remplace à la 77ème et occupe donc le poste d’arrière gauche.

Corner, coup-franc, les Merlus tentent pas tous les moyens de revenir au score, mais nos joueurs sans céder à la panique défendent bec et ongle ce but d’avance.

La victoire est toute proche à la 85ème lorsque Danic, encore de la tête, offre la balle du break à Kamano, ce dernier se retrouvant seul face à Lecomte. Une occasion de but 100 fois plus facile que celle qu’Ayité a concrétisée en début de rencontre est vendangée par notre jeune attaquant !

Alors que Waris vient de manquer le cadre, M. Turpin offre la possibilité d’égaliser à des Lorientais impuissants. Une balle en profondeur à l’intention de Bouanga est disputé entre ce dernier et Squillaci. Les deux hommes entrent en contact à l’extérieur de la surface, mais c’est suffisant pour l’arbitre pour accorder un penalty aux locaux !

Moukandjo ne laisse pas passer l’offrande et prend Vincensini à contre pied. Tout cela alors que nous jouons la première des six ( !) minutes de temps additionnel… A ce moment du match nous ne pouvons nous empêcher de repenser à la rencontre face à Guingamp où Chapron avait accordé aux locaux deux penalties totalement injustifiés durant les arrêts de jeu au Roudourou…

Nos Bleus seront héroïques jusqu’au coup de sifflet final et ramène un point de ce déplacement. C’est dommage car à quelques minutes près….

Comme François Modesto l’a justement relevé à la fin de la rencontre au micro de Be In, il est regrettable de ne pas repartir de Lorient avec les trois points lorsque l’on se créé des occasions de buts comme Kamano en a eues. La jeunesse à côté de l’expérience…

Un point au lieu de trois, mais peut être plus grave deux nouveaux blessés. Alors que la pelouse de Furiani fait débat, prions pour n’avoir jamais chez nous un synthétique !
Avec un effectif déjà bien limité en nombre, ce sont deux joueurs supplémentaires qui risquent de faire défaut le week-end prochain lors de la réception de Guingamp. Si Palmieri sera peut être en mesure de récupérer sa place abandonnée à Marange pour cette rencontre, quid de Jean-Louis Leca ? « Nous avons trois semaines d’avance dans notre recrutement » disait Pierre-Marie Géronimi lors de la réunion dirigeants-supporters du 21 juillet dernier. Et aujourd’hui, alors que près d’un mois est passé où en sommes nous des arrivées indispensables d’un gardien de but, d’un milieu, même si l’on parle avec insistance de Mostefa, et d’un attaquant de pointe ? Sans préjuger de leurs qualités Ghislain Printant devra-t-il aligner Vincensini dans les buts et placer Fogacci sur le banc pour la réception de Guingamp ? Il ne reste plus qu’une petite quinzaine de jours pour ajuster un effectif qui a démontré lors de ces deux premières journées de belles qualités.

FORZA BASTIA !

PS : Ayité deux matchs, deux buts. « Nous n’avons pas besoin de vendre de joueur, même la saison prochaine ». Par pitié, tenez parole. Pour une fois….

SHARE

1 commentaire

  1. merci pour cet article !
    que ce match m’a paru long ! au terme d’une 1re mi-temps parfaitement maitrisée par les Bleus, ceux-ci rentraient aux vestiaires avec un avantage logique..et la certitude que cette saison, Floyd Ayité est intransférable ! la 2è mi-temps ressemblait fortement à Fort Alamo, et le chrono ne semblait pas vouloir avancer…si l’égalisation de Lorient ne me semble pas imméritée au vu de la 2nde période, tant la pression que les merlus ont mis sur nos joueurs était forte, mais que dire de ce pénalty, qui même depuis les tribunes montraient les protagonistes en dehors de la surface…moi aussi, je me suis fait la même réflexion, à savoir, le spectre de chapron (lors du guingamp-Bastia il y a 2 ans)…1 point au bout du compte est satisfaisant, mais beaucoup de regrets de voir les 3 points s’envoler si près du but, et surtout sur une décision arbitrale aussi contestable.
    mes + : Modesto (énorme, au four et au moulin!), Leca, Ayité
    mes – : Marange souvent dépassé et pris dans le dos (synthétique?), Kamano (pas seulement pour sa vendange), Maboulou (volontaire mais maladroit et brouillon)…
    Danic, bon match, mais m’a exaspéré avec ses coups de pieds arrêtés…systématiquement des cadeaux aux gardiens ou défenseurs..ça m’a rappelé le Boudebouz de l’ère Makélélé!
    à peu près 30 supporters présents dans les travées du Moustoir…

Laissez votre commentaire