Et de quatre !

Et de quatre !

1337
1

Et de quatre !

Il fait encore plus de 30° lorsque M. Moreira l’arbitre de la rencontre siffle le début de la rencontre dans un stade Furiani bien rempli mais pas complet puisque « seulement » 14702 spectateurs ont pris place dans les tribunes. Quelques Rennais dans le parcage visiteurs, mais d’autres disséminés ça et là comme cette famille juste devant nous…

Leca, Djiku, Modesto, Squillaci, Palmieri, Cahuzac, Fofana, Diallo, Kamano, Ayité et Brandao composent le premier « 11 » de Ghislain Printant, un « 11 » qui devra évoluer sur une pelouse certes neuves mais loin d’être parfaite avec de nombreuses tâches jaunes qui n’annoncent rien de bon pour les semaines et les mois à venir.

Le premier souci pour le coach bastiais intervient à la 4ème minute lorsque Brandao vient se faire soigner le poignet sur le bord de la touche. Plus de peur que de mal…

Moins de chance côté Rennais puisque Doucouré lui aussi victime d’une glissade est contraint de sortir dès la 10ème minute l’épaule, semble-t-il, démise.

Les deux formations « se cherchent » en ce début de rencontre et lorsque qu’intervient l’indispensable « pause fraîcheur » aux environs de la 20ème, les deux gardiens n’ont pas été inquiétés, le ballon circulant la plupart du temps au milieu de terrain, milieu très dense puisque pas moins de cinq Rennais y sont positionnés.
La petite pause a-t-elle fait du bien ? Toujours est-il que quelques minutes plus tard intervient la première action de but du match. Elle est bastiaise et revient à Brandao qui à la récupération d’un centre de Diallo contrôle de la poitrine et enchaîne une frappe qui vient mourir dans le petit filet de Costil bien placé cependant (25ème).

Nouvelle occasion bastiaise deux minutes plus tard, mais le coup-franc tiré par Ayité est dégagé par la défense rennaise.

Ces deux actions stimulent les Rennais qui obtiennent le premier corner de la rencontre à la 31ème. Ce corner est finalement l’occasion d’une contre attaque bastiaise, mais la frappe de Fofana est largement au dessus des cages de Costil.

Si l’action de Sio à la 35ème termine dans les bras de Leca, le néo Rennais est plus heureux quatre minutes plus tard puisqu’il se trouve seul dans les 6,50 mètres pour reprendre de la tête un centre de Baal (39ème Bastia 0 Rennes 1).

Première frappe cadrée du match et premier but ! C’est dur pour nos Bleus qui comme une partie du public accuse le coup. La famille rennaise juste devant nous est aux anges, le drapeau breton est même sorti de nulle part…

Les trois minutes de temps additionnel ne changent rien au score, et lorsque les deux équipes rentrent aux vestiaires nous sommes perplexes.

Pas de nouveau changement à la reprise et immédiatement une occasion pour Rennes avec cette « bicyclette » de Pedro Henrique que Leca capte sur sa ligne (46ème).

Le premier corner de cette deuxième mi-temps est bastiais, mais il ne donne rien contrairement à l’action suivante où Diallo ouvre magnifiquement pour Ayité. Ce dernier d’une non moins magnifique reprise de volée catapulte le ballon sous la transversale de Costil qui n’a pas esquissé le moindre geste ! (50ème Bastia 1 Rennes 1)

Cette égalisation galvanise le public, il reste encore beaucoup de temps à ses Turchini pour enfoncer le clou.

A la 56ème minute Kamano est à deux doigts de donner l’avantage aux siens après ce corner jouer rapidement à deux. Sa frappe est sortie sur la ligne par Mendès !

Alors que Cahuzac vient « d’enrhumer » trois adversaires et d’obliger Mexer à concéder un corner, c’est Kamano qui se trouve à la conclusion avec une reprise de volée qui termine sa course dans le petit filet opposé de Costil ! Le Sporting vient de renverser la vapeur et mène désormais au score. (70ème Bastia 2 Rennes 1).

Le drapeau Breton a disparu, et les sourires deviennent crispés….

Ghislain Printant en profite pour effectuer son premier changement. Diallo, qui vaut mieux que ce qu’il a montré à Rennes et Lorient, est remplacé par l’expérimenté Danic (71ème).
Piqués au vif les Bretons tentent de réagir. Toivonen est entré à la place de Baal et se positionne immédiatement au centre de l’attaque (74ème).

M. Moreira l’arbitre bien tolérant jusque là, voit rouge à la 78ème minute ! Pour une faute plus grossière que méchante il expulse Brandao ! Nos Bleus vont donc devoir tenir plus d’un quart d’heure en infériorité numérique. Pour cela ils peuvent compter sur le soutient du public qui redouble d’effort dans les encouragements…

Commence alors une « attaque-défense » avec d’un côté une équipe qui donne tout pour égaliser et de l’autre nos Bleus bien décidés à ne pas s’en laisser compter. A la précipitation rennaise répond la vaillance Corse.

Printant en vieux renard tente de casser le rythme et sort Ayité pour Maboulou à la 86ème puis se sont les soigneurs qui entrent pour s’occuper de Kamano séché par un tacle bien appuyé de Gelson Fernandes. Toujours pas de carton….

Tout juste remis, Kamano est à la récupération d’une ouverture de Danic, mas sa frappe enroulée passe de peu à côté des buts de Costil qui se précipite pour remettre le ballon en jeu (89ème).
5 minutes de temps additionnel !

Alors que Sio vient d’écoper d’un avertissement pour … contestations, Coulibaly effectue ses débuts en L1 en suppléant Kamano à la 94ème. Même si durant les quelques secondes qu’il passe sur le terrain il ne touche pas un seul ballon, il ouvre néanmoins son compteur et de la plus belle des manières puisque c’est sur une victoire, l’arbitre sifflant la fin de la rencontre dans la minute suivante.

Pris par cette fin de match crispante nous n’avons même pas vu que notre famille rennaise a déjà quitté le stade….

Si la trêve estivale est terminée pour les joueurs, une autre trêve était de mise hier. Tous derrière nos Bleus, les sujets qui fâchent seront évoqués plus tard. Cela n’a pas empêché l’apparition d’une banderole où il était question de chiffre « 9 » et de mensonge, et une autre à l’intention du journal local…

Si nous pouvons être déçu par le nombre de spectateurs « seulement » 14702 en plein mois d’août, le public a toutefois joué son rôle notamment en fin de rencontre après l’expulsion de Brandao.

La victoire est là, mais, déjà privé de son avant centre pour sûrement les trois prochaines rencontres, l’effectif est encore juste pour une saison entière.

Leca a fait ce qu’il avait à faire, et bien, mais un deuxième gardien est indispensable. Thomas Vincensini cherche plus qu’une place de second, du temps de jeu…

La défense centrale avec sa paire de plus que trentenaire est bien pourvue puisque Peybernes et Djiku sont prêts à remplacer l’un ou l’autre. Djiku s’est montré à la hauteur des attentes du coach en évoluant à droite de la défense même si le but Rennais arrive par une contre-attaque sur son aile.

Le milieu de terrain où seuls Cahuzac et Fofana étaient chargés des tâches défensives s’en est bien tiré au final vu la densité de joueurs que Montanier le coach breton y avait positionnés. Fofana a commis quelques erreurs de jeunesse, et s’est montré bien moins précis dans ses frappes alors que nous l’avions vu très performant dans cet exercice quelques jours plus tôt sur la pelouse de l’Igesa.

Difficile de juger de l’impact de Brandao. Ce qui est sûr, c’est que les deux flèches tournant autour de lui ont marqué. Autre certitude, moins réjouissante celle-là, c’est qu’il faudra se passer de lui alors qu’aucun autre véritable avant centre ne fait partie l’effectif.

Notre pelouse, puisque désormais elle « appartient » au Sporting résistera-t-elle à la chaleur et aux matchs hebdomadaires qui devront s’y dérouler puisque le CAB n’a d’autres solutions que de jouer à Furiani ? Les nombreuses plaques jaunes qui couvrent de nombreuses zones nous laissent peu d’espoir…

Le triptyque Breton au programme du Sporting en ce début de saison a été entamé de la meilleure façon qui soit avec cette victoire comme nous les aimons obtenue dans l’adversité. Prochain rendez-vous le week-end prochain à Lorient. Pour une fois que nous avions la possibilité d’assister à une rencontre sans pluie, nous sommes en août tout de même, nous devrons la suivre à la télévision !

Après ce quatrième succès de rang face à Rennes, enfin une victoire au Moustoir ?

FORZA BASTIA!

SHARE

1 commentaire

Laissez votre commentaire