Classe biberon !

 

Le nul ramené de Toulouse nous fait penser à l’histoire du verre que certains voient à moitié plein tandis qu’il est à moitié vide pour d’autres. Rares étant les points ramenés loin de Furiani celui qui vient de tomber dans l’escarcelle nous rapproche des « 42 » qui devraient permettre au Sporting de se maintenir en L1. Voilà un point de vue qui se défend. Pour notre part, après avoir déjà vu nos Bleus se faire rejoindre au tableau d’affichage à 15 minutes de la fin de la rencontre à Caen, ces deux nouveaux points concédés cette fois à 12 minutes du terme face à un autre concurrent au maintien nous laissent sur notre soif. A cause du verre à moitié vide sûrement !

La fatigue physique, Maboulou, Cioni et Modesto sont revenus blessés de Toulouse, Gillet et Boudebouz qui semblaient bien à la peine n’ont pas affiché leur volume de jeu habituel, mais fatigue psychologique également, nous avons déjà exprimé notre surprise de voir Squillaci, Modesto et Cahuzac s’interpeller durant la rencontre, sont le résultat d’une multiplication de rencontres du à un calendrier infernal. Entre le 3 janvier date de la reprise après la trêve de Noël et le 7 février prochain date de la 24ème journée de championnat, les joueurs du Sporting auront disputé neuf rencontres ! Un match tous les quatre jours. Les Anglais et leur boxing day peuvent aller se rhabiller !

C’est donc sans surprise que nous avons pris connaissance de la composition du groupe turchinu qui se déplacera demain à Rouen pour y affronter les amateurs de l’US Quevilly.

Le groupe : Leca, Vincensini, Achilli, Marange, Peybernes, Keita, Kikabidze, Vincent, Djiku, Romaric, Cissé, Ibayi, Benhaim, Lamghaez, Alexandre, Valery et Koné.

Un groupe très jeune dans lequel figure cinq « gamins » nés entre 1995 et 1997 : Ibayi et Valéry (95), Benhaim et Alexandre (96) Lamghaez (97). La classe biberon quoi ! Cependant il n’est pas question de croire que Ghislain Printant « brade » la Coupe de France. Ce groupe est composé en fonction des évènements, mais « c’est une chance pour les jeunes de montrer que la confiance placée en eux est méritée » s’empresse de rappeler le coach.

Si aucun des « gamins » n’est alignés au coup d’envoi, quelques uns de leurs aînés, enfin de ceux qui ont tout juste un an ou deux de plus qu’eux (Vincensini, Achilli, Keita, Kikabidze, Vincent, Djiku et Koné) le seront. A eux de porter avec honneur et bonheur ce maillot bleu afin de confirmer qu’ils ont le niveau requis pour s’installer durablement au sein de l’effectif pro. Pour cela il leur faudra livrer un match sérieux alliant rigueur, exigence et envie. Il leur faudra également se concentrer sur la rencontre et ne pas se soucier des 12 ou 13000 spectateurs qui ne manqueront pas d’encourager les amateurs.

En menant rapidement au score nos joueurs se rendraient la tâche plus facile. Il faudra respecter cette équipe de Quevilly mais ne pas la craindre. Ce sera aux « anciens » de relayer sur le terrain le message que n’aura pas manqué de servir le coach lors de sa causerie. Seul soucis à nos yeux le manque d’un véritable « taulier » dans le groupe si ce n’est Jean-Louis Leca.

La poignée d’accaniti qui aura la chance de pouvoir assister à cette rencontre souhaite quitter le stade Robert Diochon le torse bombé et la tête haute histoire de continuer l’aventure dans cette compétition et de poursuivre la série actuelle de match sans défaite.

 FORZA BASTIA!

SHARE

Aucun commentaire

Laissez votre commentaire