Avec les tripes !

Avec les tripes !

971
1

Avec les tripes !

Est-ce un début de désamour ou bien le mauvais temps, toujours est-il que de nombreux sièges sont inoccupés au moment où les deux équipes pénètrent sur la pelouse.

Frédéric Hantz a modifié son équipe par rapport à celle alignée à Lens en Coupe de France. Landreau retrouve sa place dans les buts et Palmieri récupère le poste d’arrière gauche aux dépends d’Harek. Diakité, Squillaci et Modesto complètent la défense. En milieux récupérateurs c’est la paire Romaric-Boudebouz qui est appelée alors que l’animation offensive est confiée à Ilan. A sa droite Ba, à sa gauche Khazri. Cissé, pour sa première à Furiani, est titularisé au poste d’avant centre. Pas de duel fratricide chez les Yatabaré puisque Sambou est sur le banc en compagnie de Leca, Harek, Cioni, Sablé, Krasic et Bruno.

Le premier quart d’heure ne nous offre qu’une série de corners aussi mal exploités d’un côté comme de l’autre. Rien de bien folichon…La dizaine de minutes qui suit est tout aussi pauvre et quelques sifflets commencent à descendre des tribunes…

A la demi-heure Ilan distille quelques bons ballons vers Ba ou Khazri, mais sans que la conclusion soit au rendez-vous. Il y a tout de même un léger mieux côté Bastiais sans pour autant vraiment inquiéter les Guingampais.

Il faut attendre la 36ème minute et ce coup franc tiré par Khazri pour que le Sporting se créé sa première véritable occasion. Assembé détourne le ballon du bout des doigts au dessus de sa transversale. Superbe parade que nous oublions sur le corner qui suit car il relâche par deux fois le ballon. Malheureusement aucun Bastiais n’est là pour profiter de l’aubaine.

Juste avant la pause (43ème) nos Bleus bénéficient d’un nouveau coup franc, encore mieux placé que le précédent. Combinaison cette fois entre Boudebouz qui décale Romaric. La grosse frappe de l’Ivoirien est repoussée par Assembé, mais là encore pas de Bleus pour conclure.

La minute de temps additionnel ne change rien au score et les 22 joueurs regagnent les vestiaires pour la mi-temps.

Aucun changement dans les deux équipes à la reprise.

Les Guingampais débutent bien cette deuxième période, mais rate une grosse occasion par Yatabaré qui tente de frapper en pivot alors qu’un de ses partenaires est seul dans la surface de réparation (48ème). Nos joueurs s’en tirent bien cette fois-ci, mais pas deux minutes plus tard. Alors qu’ils ont un coup franc à leur avantage, se sont les Bretons qui récupèrent le ballon. Sankharé déborde côté droit et centre sur le côté opposé où Alioui n’est pas marqué. D’une reprise ratée il lobe Landreau ! (50ème Bastia 0 Guingamp 1).

Le coup de froid ne dure pas puisque il suffit de trois minutes au Sporting pour égaliser par l’intermédiaire de Ba suite à une passe décisive de Cissé lui-même bien servi par Ilan (53ème Bastia 1 Guingamp 1).

On respire dans les tribunes, mais le match devient fou ! Alioui marque un nouveau but tout aussi chanceux que le premier et redonne l’avantage aux siens (55ème Bastia 1 Guingamp 2). Nos joueurs que l’ouverture du score avait piqués au vif vont-ils être capables de repartir à l’attaque ? Ce sera sans Ilan qui cède sa place à « notre » Yatabaré. Des fourmis dans les jambes et un carton jaune pour Sambou tout juste trois minutes après son entrée sur le terrain !

Il reste 25 minutes de jeu, et Frédéric Hantz effectue un deuxième changement avec la sortie de Ba et l’entrée en jeu de Krasic. Du poste pour poste.

Pas de jaloux chez les Yatabaré puisqu’après Sambou « le Bastais » c’est Mustapha « le Guingampais » qui écope d’un jaune.

Alors qu’il relâchait tous les ballons en première période Assembé se couche bien et capte la frappe puissante de Khazri à la 71ème. Modesto provoque un coup franc dangereux, à un mètre de la surface, qu’Atik frappe. Landreau assure en déviant en corner.

Au moment où Krasic, en pleine surface de réparation, s’apprêtait à armer sa frappe, Sorbon revenu de nulle part lui subtilise le ballon. Le corner pourtant évident n’est pas sifflé par l’arbitre contrairement à celui obtenu deux minutes plus tard par Boudebouz. Ce dernier se charge de le tirer et dépose le ballon sur le crâne de Squillaci qui égalise ! (81ème Bastia 2 Guingamp 2). Furiani chavire !

Nos Bleus ne veulent pas en rester là et accentuent la pression dans le camp guingampais. Cissé est à deux doigts d’ouvrir son compteur but avec le Sporting, mais sa reprise de la tête, sur un superbe centre de Khazri, frôle le montant des buts d’Assembé. Une passe décisive et un but pour une première, et Cissé avait droit à sa statue sur la place !

Bastia toujours à l’attaque est coupé dans son élan par l’arbitre qui arrête le jeu, un joueur breton étant au sol ! Le public déjà « chaud bouillant » se fait entendre suite à cette curieuse décision. La décision suivante de l’homme en noir, en jaune pour l’occasion, et autrement appréciée par les accaniti. Boudebouz qui balle au pied entrait dans la surface est bousculé par Sankharé. Le penalty est indiscutable. C’est Boudebouz lui-même qui se charge d’exécuter la sentence. Alors qu’une partie du public l’a pris en grippe suite à des performances en dessous de ses attentes, c’est une indiscutable preuve de caractère. Sans élan il frappe et trompe Assembé. Pour la première fois de la soirée le Sporting mène au score ! (88ème Bastia 3 Guingamp 2).

Les trois minutes de temps additionnel paraissent bien longues aussi bien pour les supporters que pour les joueurs. Khazri à bout de force est remplacé par Harek ce qui rajoute quelques secondes de supplice avant que M. Rinville ne siffle le coup de sifflet final sur cette victoire aux forceps obtenue par nos joueurs.

Le Sporting n’ayant pas joué le weekend end dernier enchaîne pour la première fois deux victoires consécutives en championnat. C’est un des points positifs que nous retiendrons de cette soirée, l’autre étant la volonté dont ont fait preuve les joueurs qui sont revenus dans le match après avoir été menés deux fois au score. Il y a bien longtemps que nous ne les avions pas vus faire preuve d’un tel état d’esprit.

Mais cette victoire ne doit pas masquer les insuffisances et les erreurs individuelles encore bien nombreuses ce soir. Elles auraient pu coûter cher. Ce qui passe face à Guingamp ne passera sûrement pas face aux ténors qui vont défiler à Furiani dans les semaines à venir, à commencer par les Monégasques le 15 février prochain.

D’ici là nos joueurs auront deux occasions d’ouvrir le compteur « Victoire » à l’extérieur avec les déplacements à Marseille puis à Toulouse en match en retard.

 

FORZA BASTIA! CORSICA A VINCE!

 

SHARE

1 commentaire

  1. Bis répétita !
    Bis répétita !
    Décidément les mises en scènes et les scénarios ne changent pas.
    Et merci au public !

Laissez votre commentaire