Un Sporting comme on l’aime !

Un Sporting comme on l’aime !

869
0

Un Sporting comme on l’aime !

Même si le statistiques complètes ne parlent pas en sa faveur, Toulouse n’en reste pas moins sur un nul 0-0 à Furiani l’an passé, un résultat semblable à celui obtenu par Bastia au match aller. Des rencontres serrés donc. Auteurs d’un début de championnat poussif les Toulousains traînent en queue de classement à cause de la défaite 3-0 subie à Valenciennes qui plombe leur goal-average. Ils ont cependant tenu tête aux Monégasques à Louis II ce qui démontre des progrès dans le secteur défensif.

De son côté, et malgré ses souhaits, Frédéric Hantz devra faire avec un nouveau départ au sein de son effectif. En effet comme la rumeur le laissait entendre depuis quelques jours, Yatabaré a été transféré à l’Olympiakos et ne sera donc pas aligné ce soir. Genest bénéficie de ce départ et réintègre le groupe, mais c’est Romaric qui est titularisé au milieu en lieu et place du Malien.

Si devant Landreau la défense est la même qu’à Bordeaux (Diakité-Squillaci-Modesto-Palmieri) le reste de la formation affiche un visage plus offensif puisque nous retrouvons aux avant-postes Maoulida, Ilan et Késéru. Romaric, Cahuzac et Khazri complètent l’équipe au milieu de terrain.

Nos Bleus entament le match par le bon bout, et il ne faut pas attendre cinq minutes pour que Khazri obtienne le premier corner de la rencontre. Si le corner ne donne rien la volonté est bien présente.

Après s’être quelque peu « chauffé » avec Spajic et avoir écopé d’un carton jaune pour l’occasion, Khazri, preuve qu’il a muri, se remet immédiatement dans son match et repart de l’avant en duo avec Késéru.

Le pressing est bastiais, mais Ahamada n’est pas inquiété à l’image de cette nouvelle tentative de Khazri à la 28ème minute. Il faut attendre la ½ heure de jeu pour voir le premier véritable arrêt d’un gardien. Il est à mettre au crédit de Landreau qui détourne d’une claquette une grosse frappe de l’ex-parisien Chantôme.

Coup dur pour le Sporting à la 36ème lorsque Palmieri écope d’un carton rouge suite à une faute sur Tréjo. Il reste une heure de jeu et cette expulsion oblige Frédéric Hantz à revoir ses plans. Ilan en subit les conséquences remplacé qu’il est par Harek qui retrouve le poste d’arrière gauche qu’il a tenu le week-end dernier à Bordeaux. Les Toulousains tentent immédiatement de tirer profit du surnombre, mais Braithwait rate le cadre.

Alors que nous nous dirigeons vers la pause, Késéru sur un service de l’omniprésent Khazri ouvre le score pour le Sporting ! (43ème Bastia 1 Toulouse 0). Un but qui  ne peut que redonner confiance au groupe avant d’aborder la deuxième période.

Les mêmes joueurs reprennent les débats, mais la physionomie des 45 minutes à suivre sera vraisemblablement différente.

Curieusement les Toulousains n’entament pas cette deuxième période au rythme qui était le leur en première mi-temps avant d’encaisser le but. Il faut attendre la 53ème pour voir entrer Ben Yedder véritable révélation de la saison passée chez les Hauts-garonnais. L’intéressé ne perd pas de temps et manque l’égalisation à peine être entré sur la pelouse ! Les Bastiais sous pression depuis cinq minutes finissent pas craquer sur une nouvelle tentative de Braithwait (58ème Bastia 1 Toulouse 1). Il reste trente minutes à tenir pour garder le point du nul et c’est le moment que choisit Frédéric Hantz pour lancer Raspentino à la place de Maoulida.

A la 62ème Aurier permet à Landreau de se mettre en valeur alors que Diakité (64ème) et Spajic (66ème) écopent chacun d’un carton jaune.

Alors qu’il était relégué sur le banc depuis deux rencontres, Raspentino ne laisse pas passer l’occasion de montrer ce dont il est capable balle au pied. Son bijou de centre arrive sur la tête de Romaric qui catapulte le ballon dans les cages d’Ahamada ! (68ème Bastia 2 Toulouse 1). Le Sporting reprend l’avantage au score mais doit encore tenir plus de vingt minutes.

Les Toulousains sont sonnés et Késéru rate l’occasion de « tuer » le match à la 70 et 74 ème minute. Ils sont pourtant à deux doigts d’égaliser lorsque la frappe de Tréjo passe au ras du poteau de Landreau qui semblait battu (76ème).

Encore ¼ d’heure et les jambes bastiaises sont de plus en plus lourdes. Nos Bleus font corps et profitent de la moindre occasion pour porter le danger dans le camp toulousain. Tout le stade croit au 3-1 sur la frappe de Raspentino qui prenait le chemin de la lucarne, mais Ahamada détourne la balle d’une superbe claquette (86ème).

Frédéric Hantz fait entrer Sablé à la place de Késéru auteur d’un bon match (89ème). Nos Bleus maintiennent les Toulousains dans leur moitié de terrain durant les dernières minutes avant que M. Delerue l’arbitre ne siffle la fin du match. Une victoire obtenue par des Bleus comme nous les aimons !

Dominer n’est pas gagner !

Après en avoir fait les frais à Nantes, nos joueurs ont retenu la leçon en laissant la possession du ballon aux Toulousains (40% contre 60). Des Toulousains au jeu trop stéréotypé qui ont tiré aux buts 11 fois mais qui n’ont mis Landreau à contribution que 3 fois pour 1 but. Si nos Bleus n’ont tenté que 7 tirs, ils en ont cadré 4 et ont trompé Ahamada à 2 reprises. L’important étant de marquer plus de buts que l’adversaire, l’essentiel est fait. A 10 contre 11 c’est d’autant plus satisfaisant !

Chaque match à son histoire, mais force est de constater que contrairement aux deux dernières rencontres ce ne sont pas nos quatre défenseurs qui ont joué le plus de ballons ce soir.

Si dans le groupe de tête nous retrouvons tout de même les deux latéraux (Diakité 47 ballons joués et la paire Palmieri-Harek 17+31), les milieux de terrain et notamment Khazri (47 ballons) et Késéru (46 ballons)  ont largement dominé les débats côté Bastiais. Ceci explique peut être cela que malgré une moindre possession du ballon, deux buts ont été inscrits.

Après ce premier mois de compétition la trêve internationale arrive à point nommé. Elle va permettre aux dirigeants d’en finir avec cet interminable mercato, sûrement un des plus mouvementé qu’ait connu le Club.

Avec ses 6 points le Sporting est bien calé au milieu du tableau et peut attendre sereinement les décisions de la FFF puis de la LFP concernant le match Nantes-Bastia.

Si Frédéric Hantz a perdu Yatabaré à quelques heures du coup d’envoi de la rencontre face à Toulouse, il pourra compter sur Krasic qui lui s’est engagé pour un an.

Encore quelques heures avant de refermer ce chapitre « mercato » et le futur groupe aura quinze jours pour préparer la suite du championnat avec le 14 septembre le déplacement à Guingamp.

 

FORZA BASTIA! A CORSICA VINCE!

SHARE

Aucun commentaire

Laissez votre commentaire