CFA2 : Dieppe – Bastia 0-0

CFA2 : Dieppe – Bastia 0-0

1291
3

Merci à toi Gilbert, noble dirigeant Dieppois qui a pris le temps de nous faire visiter les entrailles du stade des vertus en attendant le coup de sifflet initial.
Merci à toi pour la qualité de ton accueil, ta gentillesse toute simple de jeune retraité dont les yeux profondément vivants ont marqué un profond désaccord lorsque je t’ai rappelé la cuisante défaite 3-0 subie par Dieppe il y a 3 ans, le nul mal payé de l’an passé…et surtout que le Sporting n’était pas venu en haute-normandie pour faire de la figuration.
J’ai bien senti que tu escomptais prendre les 4 points de la victoire ! C’était sans compter sur la capacité de résistance de nos jeunes depuis début janvier.

Dieppe, terre de football ambitionne la montée.
Cette équipe très jeune vient de faire 9 rencontres sans connaître le goût amer de la défaite.
Actuellement 3ème, les locaux doivent battre impérativement Bastia puis le leader Dunkerque qu’ils reçoivent également à domicile la semaine prochaine pour ambitionner la montée.
Or, Dunkerque a joué plus tôt ce samedi et a concédé le nul…ce que tout le monde sait avant le coup d’envoi.
Une victoire face aux insulaires permettrait de grapiller des points sur le leader avant un match à 8 points la semaine prochaine.
Le journal Paris-Normandie ne s’y est pas trompé puisque sa première de couverture a carrément trait à la réception ce soir des bastiais !

Coté bastiais, le hold up subi à Evreux est déjà oublié quoique la cheville toujours endolorie de Sodini l’ait empêché de s’entraîner toute la semaine.
Christophe Vincent, Steve M’Bida et Yannick Lorenzi ont tous connu des petits pépins de santé dans la semaine.
Bastia se présente donc renforcé par les présences de Mary, Khazri et Angoula…mais amoindri par la présence sur le banc de touche de Lorenzi, M’Bida et Sodini.

Benoit Tavenot aligne son équipe dans un 4-2-3-1 devenu traditionnel avec cependant quelques nouveautés :
– le retour de Vincent à son poste de prédilection, milieu défensif axial en doublette avec Angoula,
– une charnière Mary-Vanucci,
– le positionnement de Khazri sur le coté droit du milieu bastiais (poste qu’il n’occcupe plus depuis longtemps, même en pro),
– la titularisation de N’Daye seul en pointe.

Ultime ombre au tableau, l’arbitre qui va officier est celui qui avait honteusement expulsé Benoit Tavenot à Chartres (avec un rapport à la clé scandaleux) et laissé jouer des uns contre un contre où à deux reprises le jeune Vicensini avait écarté le danger… alors que son juge de touche avait levé son drapeau pour signaler des hors jeux flagrants.

Devant une tribune principale fort garnie (au moins 1 000 spectateurs) les locaux chers à Gilbert tentent de ruiner les aspirations bastiaises en ce début de match.
Le rouleau compresseur dieppois est en marche avec une équipe qui joue bien, à terre, sans balancer tout en écartant le jeu sur les cotés. L’impact physique est dieppois et ces derniers se créent les meilleures situations chaudes.
Dumé Agostini doit se coucher de tout son long sur un tir à raz de terre du coté gauche mais heureusement trop écrasé. Mary marche sur le ballon mais les locaux manquent d’adresse et de perforation dans les derniers mètres.
Et coté bastiais ? Sur un corner de Khazri, Olivier Vannucci est à une boucle de cheveu de catapulter le ballon au fond des filets et Vincent ponctue son slalom d’un bon tir des 20 mètres.

Le jeu s équilibre mais reste très animé.
Whabi Khazri effectue une excellente première mi-temps et travaille énormément sur le plan offensif et défensif.
Son implication est telle que je crains pour lui l’expulsion dès la 3ème minute de jeu. En effet, il sèche un adversaire qui se roule par terre de douleur. L’arbitre siffle et décide au final de ne pas mettre la main à la poche.
Quant à Mary, il veille (sauf une erreur d’inattention qui a failli coûter cher) amène sa puissance sur les duels et sécurise derrière.
En fait, c’est Gael Angoula qui a le plus de mal de par un déchet technique trop important dans son jeu de passe. L’impact est là, mais l’utilisation du ballon est insuffisante sur le plan qualitatif avec des ballons chèrement récupérés trop vite rendus aux dieppois.
On assiste cependant à de bons mouvements collectifs bastiais souvent stoppés net par le juge de touche aux ordres de l’entraineur local Collinet.
Ainsi, le drapeau s’est levé au moins à 4 reprises sur ordre express du coach local…suscitant l’ire du groupe corse stupéfait de tant d’injustice et de méconnaissance de la règle du hors jeu (comment un joueur partant de derrière peut-il être hors jeu).
Il est clair que N’daye n’était pas hors jeu sur toutes ces situations de contre. Cette parodie d’arbitrage aura pesé lourd au final.
La mi-temps survient avec à propos car nos bleuets subissent un peu trop la pression locale.

Le début de seconde mi-temps est bastiais et les protégés de notre ami Gilbert vont mettre un quart d’heure avant de sortir la tête de l’eau.
Les intentions sont bastiaises et le jeune Vincent est au four et au moulin réalisant une partie pleine. Bastia monte en puissance et tout le stade croit au but lorsque Rocchi reprend instantanément du pied gauche un ballon en dehors de la surface alors que le gardien est aux pâquerettes.
Malheureusement, le cuir finit à un mètre des buts.
Les bleus ont laissé filer leur chance et n’ont su traduire au tableau d’affichage leur bonne période.
Le match repart de plus belle avec des Dieppois décidément pleins de ressources qui tentent de forcer le verrou bastiais. Les joueurs se disputent bec et ongles le ballon et je me fais de nouveaux amis à savoir une tribune entière en hurlant sur le capitaine local coupable d’une vilaine faute sur Angoula.
Le sabreur local n’écope que d’un jaune à mon grand désarroi…alors que je demandais juste un rouge… (qui n’était certes pas mérité…mais je souhaitais que le jaune soit au moins sorti.)
Moralité : supporter le Sporting permet de se créer plus d’amis en 5 secondes que trainer des heures sur face book !

Le match reprend et Bastia est sur le point de rompre suite à l’entrée du fils de Collinet sur la pelouse. Sans doute motivé par les quolibets reçus, ce jeune joueur se démène coté droit et apporte du sang neuf à l’attaque dieppoise.
Bastia plie mais ne rompt pas grâce à deux arrêts réflexes magistraux d’Agostini sur sa ligne.
Chapeau bas Monsieur Agostini car tout le monde la voyait au fond !
Les deux dernières minutes d’arrêt de jeu passent paradoxalement assez vite (on se remémore la mauvaise habitude bastiaise de perdre des points en fin de match comme à Evreux).

Benoit Tavenot peut s’estimer heureux de son équipe et de son coaching.
Agosini fut très bon et surtout décisif.
Perrot a connu une première mi-temps un peu difficile mais a su rendre une copie au final propre.
Chevalier avait des fourmis dans les jambes et ses montées auraient méritées mieux d’autant qu’elles ont pesé en fin de match sur son travail défensif.
La charnière Vannuci-Mary fut sérieuse et n’hésita jamais à mettre le pied pour défendre les positions bastiaises. Vincent a éclipsé la performance d’Angoula (pourtant pleine de sérieux et d’envie). En retrouvant son poste de prédilection, ce jeune joueur a utilisé à bon escient son excellent impact physique pour récupérer le ballon. Il fut parfois monstrueux dans ses récupérations dans les pieds adverses.
Khzari fut appliqué et impliqué. Un de ses tirs particulièrement tendu en première mi-temps aurait mérité nettement mieux. Ravé fut plus discret malgré un crochet dans la surface adverse en début de seconde mi-temps qui enrhuma deux adversaires. A revoir donc…
Rocchi fut utile à la baguette et toujours aussi peu avare d’effortd. N’Daye m’a bien plus dans un rôle inhabituel pour lui mais où il a pu faire admirer sa pointe de vitesse.
Lorenzi est entré en compagnie de M’Bida. Tous deux ont apporté dans leurs registres si différents…alors que rentrer en cours de partie dans un match d’une telle intensité était loin d’être gagné.

Au final, Bastia signe avec la manière un excellent résultat nul qui freine les ambitions dieppoises.
Néanmoins, Bonne fin de championnat Gilbert !

SHARE

3 commentaires

  1. Le fils du coach c’était le capitaine, ou le sabreur comme vous voulez…Mais qui à quand même du football dans les pieds tant il aura étouffer Angoula!

  2. Bien belle équipe que celle de Dieppe. Dommage que le capitaine se soit senti obligé de mettre des coups. Il a d’autres qualités à faire valoir. Angoula a certainement joué son plus mauvais match depuis le début de saison, mais cela n’enlève rien à la performance “du sabreur”!!

  3. Merci pour ces petites précisions.
    C’est bien d’avoir quelques petites infos de notre réserve.

Laissez votre commentaire