SC Bastia – SM Caen : Sans perdre…

Il est près de minuit lorsqu’après la loterie des tirs aux buts, le Sporting est éliminé de la Coupe de France sans avoir perdu un seul match. C’est cruel et pourtant….

Il est 17 heures et déjà aux alentours d’Armand Cesari règne une certaine effervescence. Les « camions-buvette » s’affairent, les places habituelles de stationnement sont occupées, les guichets sont déjà sollicités.

Eurosport qui retransmet la rencontre a sorti le grand jeu puisque dans les couloirs du stade, Gérard Houlier, Boghossian, Wiltord et Pierre-Yves André se préparent.

Les premiers spectateurs gagnent leurs places alors que le match ne débute que dans deux heures… Ils seront plus de 10000 au moment du coup d’envoi ! Bien avant le coup d’envoi les premiers « chjam’è rispondi » font écho entre la « Est » et la « Sud ».

Le vent invité de dernière minute souffle en rafale, lorsque les deux équipes rentrent sur la pelouse pour l’échauffement. Belle ambiance qui contraste avec l’accueil reçu par Benoît Bastien l’arbitre, celui-là même qui avait gâché la finale de la Coupe de la Ligue en excluant Squillaci face au PSG…

Fabien Mercadal le coach normand aligne quasiment son équipe type puisque seul Zelazny son gardien est novice à ce niveau. De son côté Stéphane Rossi doit faire sans Salis suspendu et Genest blessé. Par prudence Moretti est ménagé mais figure toutefois sur le banc aux côté de Santini, Boutrah, Kifoueti, Lorenzi, Roncaglia et Carlotti.

Schur avait terminé la rencontre face à Ajaccio au poste d’arrière gauche, aujourd’hui c’est là qu’il l’entame. C’est une petite surprise puisque nous y attendions Cioni. Devant Martin, et de droite à gauche nous retrouvons donc Cioni, Bocognano, Guibert, et Schur. Au milieu Coulibaly, Vincent, Poggi, Haguy et en attaque le duo Santelli Mesbah complète le « 11 » de départ.

Nos Bleus sont en bleu et dos à la « ouest » au moment où les Caennais en blanc donnent le coup d’envoi.

Le premier coup-franc est bastiais, 24ème seconde, mais le premier but caennais ! Il ne faut en effet que quatre minutes aux visiteurs pour ouvrir la marque. Un premier corner tiré par Fajr est repoussé des deux poings par Martin, mais le ballon revient à ce même Fajr qui centre en première intention. Le « géant » Tchokounte saute plus haut que tout le monde et de la tête expédie le ballon au fond des filets. (4ème Bastia 0 Caen 1)    

Bocognano écope du premier carton jaune à la 7ème minute, ce qui n’empêche pas nos joueurs de repartir de l’avant à l’image de ces tentatives aux 11 et 12èmes minutes. La volonté est là, mais c’est trop imprécis pour inquiéter Zelazny.

Il faut un Martin vigilant à la 15ème pour dévier en corner une belle frappe de Fajr suite à un coup-franc tiré des 25m. Le corner ne donnera rien.

A la 21ème minute Haguy bien lancé par Vincent centre devant le but caennais. Santelli prolonge, mais ne trouve pas le cadre.

Les Caennais cherchent à gagner du temps ( !) et Sankoh hérite d’un carton jaune à la 28ème minute, alors que nos Bleus continuent de pousser pour égaliser. Seule la finition fait défaut sur des tentatives de Mesbah (29ème) Haguy (31ème) ou Santelli (32ème).

Les visiteurs, devant au score, procèdent en contre-attaque et il faut une belle intervention de Guibert pour priver Tchokounte d’un doublé. (38ème)

A la 41ème c’est au tour de Gradit d’écoper d’un carton jaune après une faute sur Vincent près du poteau de corner. Le coup-franc botté par Poggi est capté par le gardien.

La minute de temps additionnel ne donne rien de notable et les deux formations regagnent les vestiaires sur ce score de 0-1.

Nos Bleus se créent des opportunités mais manque de précision soit dans la dernière passe soit dans la finition. Sont-ils « impressionnés » par la prétendue supériorité d’un club évoluant en L1 ?

Il n’y a pas de changement dans les compos à la reprise, et nos Bleus repartent pied au plancher avec une superbe occasion dès la 47ème minute. Santelli centre mais Poggi dans la surface est un poil trop court pour reprendre le ballon. Mesbah à l’affût récupère le cuir mais sa frappe est stoppée sur sa ligne par Zelazny !

Bocognano (50ème) et Haguy (52ème) sont tout près d’égaliser mais sans y parvenir.

A la 58ème suite à un corner tiré par Fajr, Guibert reçoit un coup de tête. Bilan une arcade sourcilière ouverte et un arrêt de jeu de près de deux minutes.

Stéphane Rossi effectue son premier changement à la 64ème minute. Kifoueti entre à la place de Mesbah. Mercadal n’est pas en reste en sort Sankoh au profit de Diomande.

Les Caennais n’y sont plus à l’image de ce coup-franc de Fajr qui sort directement en sortie de but (66ème),  et encore moins à la 69ème lorsque Cioni lance Poggi. Ce dernier devance la sortie de Zelazny et le lobe dans un stade en délire ! (69ème Bastia 1 Caen 1)          

Deuxième changement à Caen, entrée en jeu de Ninga à la place de Joseph. (70ème)

Les duels deviennent plus âpres et le gain du ballon devient un « combat ». Cela vaut un carton jaune à Kifoueti à la 77ème et à Guilbert côté caennais à la 84ème.

Caen poussent afin d’éviter les prolongations et les deux coachs font entrer des joueurs frais à la 85ème. Boutrah remplace Poggi pour le Sporting, Kyeremeh, Beauvue pour Caen.

Les dernières minutes et les quatre de temps additionnel ne changent rien et ce sont les prolongations.

Comme en début de partie les Normands trouvent l’ouverture dès la 4ème de jeu ! A la lutte Guibert et Ninga se retrouvent au sol. Le Caennais est plus prompt à se relever et d’une frappe au ras du poteau trompe Martin ! (94ème Bastia 1 Caen 2).

Les hommes de Mercadal veulent se mettre définitivement à l’abri et poussent notamment par l’intermédiaire de Ninga le buteur.

A la 102ème Tutu remplace Guilbert à Caen, et à la 104ème Santini prend la place d’Haguy à Bastia. L’entrée de Santini modifie quelque peu le positionnement de nos joueurs puisque Santini entre au poste d’arrière droit. Cioni passe à celui de gauche, Schur monte d’un cran.

La minute de temps additionnel ne donne rien et c’est reparti pour le dernier ¼ d’heure avec le vent qui redouble d’intensité.

Pas grand-chose en ce début de mi-temps. D’un côté une équipe qui gère son avance, et de l’autre une équipe qui tente tant bien que mal d’égaliser. Il ne reste que 5 minutes à disputer lorsque le Sporting obtient un coup-franc à une trentaine de mètres des buts normands. Vincent se charge de le frapper. Santelli d’une tête rageuse parvient à tromper Zelazny dans un stade qui frise l’implosion ! (115ème Bastia 2 Caen 2)     

Au terme de ces 30 minutes de prolongations nos Bleus ont tenu tête aux joueurs de l’élite et s’offre une séance de tirs aux buts.

Il aura suffit d’un raté côté bastiais pour mettre fin à cette superbe aventure.  Le Sporting sort de la Coupe de France sans avoir perdu et en éliminant quatre formations d’un niveau hiérarchique supérieur ! Bravo !

Le maître mot de Stéphane Rossi en conférence de presse après la rencontre aura été « frustration ». En effet ses joueurs ont tenu tête à ceux de Mercadal, en étant par moment bien meilleurs dans le jeu ! A deux reprises ils sont revenus au score en produisant un jeu de bonne facture. Un peu plus de réalisme en attaque, un peu plus de justesse technique aurait pu leur permettre de terrasser une équipe caennaise par moment au bord du gouffre.

Après Le Mans, après Concarneau et donc après Caen, nos joueurs nous ont montré toutes leurs qualités morales en renversant un score défavorable. Ils ont montré qu’ils pouvaient rivaliser, et même plus, avec des formations hiérarchiquement supérieures. Ils ont montré qu’ils pouvaient élever leur niveau de jeu lorsque la situation l’impose. Il faut maintenant se servir de tous ces points positifs pour atteindre le seul objectif de la saison LA MONTEE EN N2.

Encore merci pour ces moments de bonheur !

Martin, Cioni, Bocognano, Guibert, Schur, Coulibaly, Vincent, Poggi (Boutrah 85ème), Haguy (Santini  104ème), Santelli, Mesbah (Kifoueti 64ème)

FORZA BASTIA !

SHARE

2 commentaires

  1. Effectivement, une belle soirée comme Furiani en a le secret !
    Le Sporting est immortel et reviendra un jour dans le monde professionnel qu’il n’aurait jamais dû quitter …
    Place maintenant à la montée en N2
    FORZA BASTIA !!

  2. Nous avons vécu une très belle soirée hier soir, un Sporting comme on l’aime, un stade bien garni avec une superbe ambiance. Le club en sort grandi !
    Il va falloir maintenant confirmer notre leadership en championnat et valider le plus vite possible la montée en N2.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.