SC Bastia-AS Cannes : Que ce fut dur!

 

C’est devant une belle chambrée que va se disputer cette rencontre entre notre Sporting et l’AS Cannes, même si les travées d’Armand Cesari semblent un peu moins remplies que samedi dernier face à l’AC Ajaccio.

Le vent souffle en rafale et ne « tombera » pas de la rencontre. Une plaie pour les joueurs.

« On ne change pas une équipe « qui gagne dit-on, est ce la raison pour laquelle Stéphane Rossi reconduit exactement le même « 11 » que face aux Sudistes.

Devant Martin nous retrouvons donc Cioni, Bocognano, Coulibaly, Salis, Moretti, Poggi, Schur, Haguy, Mesbah et Santelli. Sur le banc ont pris place Santini, Mary, Lorenzi, Bachana et Carlotti.

Le Sporting choisit de débuter avec le vent dans le dos, les Cannois donnent le coup d’envoi…

… et obligent Martin à s’employer dès la première minute.

Salis répond par une frappe, au dessus de la cage de Portets, trois minutes plus tard. Le ton est donné, les deux formations veulent s’affirmer. A ce jeu les Cannois sont un ton au dessus des deux derniers visiteurs et le prouvent en obtenant un premier corner à la 8ème.

Comme le week-end dernier Haguy subit une première faute sans que l’arbitre n’intervienne, contrairement à celle subit par Ben Tairi qui occasionne deux minutes d’arrêt de jeu.

L’homme en noir, plutôt un bleu électrique pour l’occasion, continue à siffler à contre-courant, comme lors de cette faute sur Schur non sifflée mais sifflée contre Coulibaly dans la continuité (13ème)…

A la 18ème Schur temporise trop alors qu’il est idéalement placé aux 16m50. Un défenseur Cannois ne se fait pas prier pour écarter le danger. Nouvelle belle opportunité pour nos Bleus à la 21ème lorsque d’une louche en pleine surface Haguy décale Santelli. La frappe de ce dernier est contrée.

Chaque occasion est bonne pour Portets pour gagner quelques secondes. Que ce soit sur les sorties de but ou comme sur cette frappe de Santelli à la 26ème.

A cause du vent, mais également du pressing cannois, nos relances sont moins précises qu’à l’accoutumée. Cela n’empêche pas nos joueurs de tenter comme sur cette frappe de Poggi que Portets détourne en touche (31ème) sur celle de Santelli qui est repris par Salis, au dessus avant d’enfin trouver la faille à la 32ème ! Là encore c’est une frappe de Poggi que la défense cannoise n’arrive pas à dégager correctement. Le ballon revient sur Santelli qui adresse un centre parfait que Mesbah convertit en but. (32ème BASTIA 1 CANNES 0)

Il faut 5 minutes à nos Bleus pour doubler la mise, toujours par Mesbah, mais de la tête et cette fois-ci à la réception d’un centre de Salis. (37ème BSTIA 2 CANNES 0)

La mise en route a été laborieuse côté Sporting, mais le break est fait sur deux beaux buts.

Les Cannois obtiennent le dernier corner de cette première mi-temps, l’arbitre ne donnant qu’une petite minute de temps additionnel…

Les mêmes 22 acteurs débutent la deuxième période, dans un stade toujours balayé par le vent.

C’est une reprise « tranquille » à laquelle nous assistons puisqu’il ne se passe rien de notable avant ce premier coup-franc en faveur de nos joueurs à la 52ème. Coup-franc qui n’inquiétera pas Portets.

Coup de théâtre à la 53ème lorsque l’arbitre annule un but cannois pour une position de hors-jeu. Micoud président de l’AS Cannes et tout proche en tribune pestera, évidemment, contre cette décision… Les Cannois obtiendront dans la foulée un coup-franc «  de compensation » pour une faute imaginaire, et il faudra que Martin s’y prenne à deux fois pour capter le ballon.

A la 57ème Mesbah écope du premier carton jaune de la soirée lui qui a pourtant déjà subit plusieurs fautes depuis l’entame de la rencontre…

Alors que le vent ne faiblit pas et qu’il a du mal dans ses dégagements, c’est Martin qui botte un coup-franc à environ 35m de ses buts le long de la ligne de touche… Un risque bien inutile…

A la 62ème Santelli s’en va balle au pied défier Portets. Il dribble le gardien qui s’effondre. Coup-franc pour Cannes….

Nos Bleus ont de plus en plus de mal à conserver le ballon et sur une action cannoise il faut une sortie parfaite de Martin pour écarter le danger ! (64ème) Nos joueurs ont en train de perdre le contrôle de la rencontre et Pavon l’a bien senti. Il sort Ben Tairi pour faire rentrer « du sang frais » avec Grandemange. (67ème)

Alors qu’une frappe lointaine de Darnet vient de finir dans les bras de Martin, Santelli part côté gauche, crochète et centre pour Poggi idéalement placé. La frappe de ce dernier et capter au ras de son poteau par Portets. (70ème)

Lorenzi pour Mesbah côté bastiais (71) et Lallemand pour Soussan (74ème) font leur entrée sur la pelouse. Lallemand se met tout de suite en évidence mais sa reprise n’est pas cadrée. (75ème)

Le même Lallemand décale Smida qui convertit en but à la 79ème minute de jeu. (BASTIA 2 CANNES 1).

Malgré les chants en tribunes nos Bleus ont vraiment du mal, Lorenzi écope même d’un carton jaune à la 80ème. Pavon joue son va-tout en faisant entrer Denis à la place de Darnet (82ème).

Le ton monte quelque peu en cette fin de match, les tacles se font plus violents obligeant Cioni à céder sa place à Santini à la 86ème.

Les dernières minutes sont crispantes puisqu’à une tentative de Santelli qui finit dans les bras de Portets, les Cannois répondent par une tentative de lob qui passe juste au dessus de buts de Martin.

Le coup de sifflet final après trois minutes de temps additionnel est une véritable délivrance pour tout un stade…

Avec pas mal de difficultés il faut bien le reconnaître, nos Bleus ont battu un de leurs principaux adversaires dans la course à la montée. C’est ce qu’il faut avant tout retenir de cette rencontre. Trois victoires après trois matchs consécutifs à domicile la performance est notable lorsque l’on sait qu’il est souvent difficile d’en enchaîner deux…

9 points, 5 d’avance sur Cannes, c’est aux visiteurs du jour d’aller chercher des points pour revenir à la hauteur du Sporting, la chose n’est pas aisé nous sommes bien placés pour le savoir.

Voilà pour le côté positif de la soirée. Pour le reste le coach et son staff auront sûrement tiré des enseignements de cette rencontre. Même si le vent n’a pas facilité la tâche de nos joueurs comme le confiait à la presse Bocognano après la rencontre, nos Bleus n’ont pas affiché le même état de fraîcheur que lors des deux précédents matchs. « Nous avons couru après le ballon, perdu des duels et un mot nous avons subi. Il aurait pourtant « suffi » d’un peu plus de lucidité et de meilleurs choix lors de quelques contre-attaques pour « tuer » le match » reconnaîtra pour sa part Stéphane Rossi . Nul doute que la leçon a été retenue.

Pour la première fois de la saison le Sporting se déplacera le week-end prochain. Il sera attendu n’en doutons pas. A nos joueurs de poursuivre sur la lancée pour marquer les esprits si ces trois victoires ne suffisaient pas ! Rien ne sera facile, mais staff, joueurs et accaniti le savent bien.

 

Martin-Cioni (Santini 86ème)-Bocognano-Coulibaly-Salis-Poggy-Moretti-Haguy-Schur-Santelli -Mesbah (Lorenzi 71ème).

 

FORZA BASTIA !

 

 

 

SHARE

Aucun commentaire

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.